Bud’s Jam célèbre son 25ème anniversaire

« Bud’s Jam » est un événement annuel célébrant les talents musicaux de nombreux employés de Bose. Des formations composées d’employés de toute l’entreprise se réunissent pour faire de la musique et jouer devant un public enthousiaste.

Pour célébrer le 25ème anniversaire de cet événement, son fondateur, Don « Bud » MacLellan, responsable du Bose Automotive Engineering Suppport Group, a partagé son point de vue sur cette rencontre qui est entrée dans la tradition et est le symbole d’une culture appréciée des employés-musiciens.

Que faites-vous chez Bose ?

Bud: Je suis ingénieur du son et responsable de groupe chez Bose Automotive. J’ai une fonction très orientée sur la pratique, à la tête d’une équipe qui travaille à l’intégration de concepts et de prototypes de systèmes audio dans de nouveaux véhicules. L’expérimentation de nouveaux systèmes et technologies audio fait partie de nos activités de recherche avancée. Je gère également nos laboratoires d’essais acoustiques critiques utilisés par les ingénieurs de Bose pour évaluer la musique enregistrée et les systèmes.

Quel est votre « background » ?

Bud: J’ai grandi dans une famille très musicienne. Mon père était passionné de batterie et ma mère chanteuse dans un big band. J’ai commencé par jouer du piano, puis je suis devenu batteur. Je suis aussi ingénieur du son et j’ai un studio d’enregistrement chez moi. La musique, c’est ma vie – au boulot et à la maison. 

Je suis ingénieur, technicien et musicien de formation. Je suis chez Bose depuis 30 ans et j’ai occupé différents postes. J’ai commencé comme designer EQ pour notre nouvelle division Automotive, où je travaillais entre autres avec le concepteur de composants, et j’ajustais les systèmes pour obtenir des performances sonores optimales. J’ai ensuite gravi les échelons et suis devenu ingénieur système. Cette fonction est assez complexe, car elle implique de travailler sur l’ensemble du système audio et de collaborer avec les constructeurs pour intégrer tous les composants dans le véhicule.

Qu’est-ce qui vous a donné l’idée de créer Bud’s Jam ?

Bud: Quand je suis entré chez Bose, j’ai remarqué que beaucoup de collègues étaient passionnés de musique comme moi. Comme j’avais grandi dans une famille très musicienne, il était normal que je me joigne à différentes formations pour jouer pendant mes temps libres. J’ai donc pensé que l’on pourrait organiser une jam Bose. Mais je ne savais pas comment faire.

Je venais d’acheter une maison avec un sous-sol assez grand. Et je me suis dit, « Pourquoi ne pas organiser cette jam ici ? » J’ai affiché une annonce au travail, mais cinq personnes seulement étaient intéressées. J’étais un peu déçu. Je me suis dit qu’une petite jam, ça ne serait pas plus mal. Ce soir-là, je n’attendais donc que quelques personnes pour une petite réunion à la fortune du pot chez moi. Quelle ne fut donc pas ma surprise de voir débarquer quelque 150 musiciens de Bose qui voulaient participer à cette jam !

Comment la Bud’s Jam a-t-elle évolué au fils des ans ?

Bud: Depuis cette première session, la Bud’s Jam a littéralement explosé et pris des dimensions que je n’aurais jamais imaginées. Nous avons donc dû trouver une autre salle car même si j’aimais bien les recevoir chez moi, il n’y avait pas assez de place dans mon sous-sol pour 150 personnes. La jam a maintenant lieu dans une salle polyvalente locale, où il y a beaucoup plus de place.

Chaque année, la Bud’s Jam est un peu plus élaborée. Nous améliorons toujours quelque chose, que ce soit l’éclairage ou la sono ou encore, comme récemment, un service traiteur. L’événement est devenu tellement populaire parmi les employés de Bose et leur famille que nous devons à présent le limiter à 18 formations. La musique est très variée – elle va du classic rock aux cover bands de James Talyor, en passant par le jazz et la folk music. Même si les sets sont courts, la session dure plus de cinq heures.

Quels sont pour vous les moments marquants ?

Bud: C’est exaltant de réveiller la passion de mes collègues qui ont peut-être été éloignés de la scène musicale pendant un certain temps. Ils aiment faire de la musique, mais ils ont abandonné à cause de leurs obligations professionnelles et familiales. C’est vraiment gratifiant de voir revivre leur passion pour la musique lorsqu’ils viennent à nous et jouent sur scène.

J’aime aussi vraiment travailler avec les formations de jeunes, quand l’occasion se présente. Il arrive parfois que les enfants d’employés de Bose se réunissent pour participer à l’événement. C’est une expérience vraiment incroyable.

J’aime aussi beaucoup travailler avec tous les bénévoles. Je dis toujours qu’il faut un village pour mettre sur pied une jam. Tout seul, je n’y arriverais jamais. Beaucoup d’employés de Bose contribuent chaque année à la réalisation du Bud’s Jam. Cette camaraderie est quelque chose d’unique.

Il semblerait qu’il y ait beaucoup de musiciens de talent chez Bose. Outre le côté fun, est-ce que vous pensez que cela a aussi une influence sur le travail ?

Bud:  Sans aucun doute. Les ingénieurs qui sont aussi des musiciens peuvent y contribuer d’une manière particulière. Nous avons été formés à l’art d’écouter – écouter vraiment – pour discerner les moindres nuances dans la musique. Nous comprenons toutes ces nuances, qui sont petites, mais cruciales. Je pense que dans notre métier, ce type de savoir et cette formation donnent une bonne base et permettent aux gens d’aborder leur travail plus librement et avec une plus grande créativité. Et, bien sûr, nous avons aussi avec notre travail un lien émotionnel profond qui nourrit notre passion pour ce que nous faisons.

Un autre avantage de la jam, ce sont les relations personnelles qu’elle permet de nouer. La Bud’s Jam attire des gens de tous les coins de Bose. Des employés qui ne se croiseraient peut-être jamais dans le cadre de leur travail se rencontrent grâce à la jam. Ils sont recrutés par les formations et répètent ensemble. Et bien entendu, tout le monde aime voir tout le monde jouer. J’aime la manière dont une formation peut unir les gens.